• Istres Découvrir
  • Istres Découvrir
  • Istres Découvrir
  • Istres Découvrir
  • Istres Découvrir
Istres Tourisme, partageons nos expériences !

Les 13 desserts à Noël

  • Office de Tourisme
  • Texte Une des traditions provençales les plus suivies est certainement la tradition des 13 desserts lors du Gros Souper. Mais vous en connaissez l'origine ?
  • telechargement-1-49835
  • Les 13 desserts en provence
telechargement-1-49835Les 13 desserts en provence
Des plus anciennes traditions provençales de Noël, la présentation des treize desserts est certainement celle qui, aujourd'hui, est la plus célébrée dans les chaumières de Provence.  Disposés sur les 3 nappes, au milieu des 3 bougies ou des 3 chandeliers, et des 3 coupelles le blé de la Sainte-Barbe (symbole de la Trinité), les treize desserts représentent le nombre de convives lors de la Cène, repas rassemblant le Christ et les douze apôtres.  Cette tradition n’est pas formellement datée dans le temps, mais elle semble remonter au XVIIème siècle. Il était alors coutume de servir en abondance des desserts, afin de montrer aux convives que l'on avait de quoi passer un hiver difficile. 
Cette tradition doit aujourd’hui son importance notamment grâce aux félibres, Frédéric Mistral en tête, qui se penchent sur les cérémonies du Noël provençal traditionnel au XIXème siècle. Cette période donne à second souffle à cette tradition, et le nombre de desserts sera adopté quelques années plus tard, dans les années 1920. Aujourd’hui, en Provence, on ne peut pas concevoir un Réveillon sans les 13 desserts sur la table.
Les treize desserts provençaux sont servis après le Gros Souper provençal qui est composé de 7 plats maigres, en attendant de se rendre à la messe de minuit. D’une région à l’autre, la composition des treize desserts varie. En voici la liste des 13 desserts, et quelques explications quant à leurs présences sur la table :

Tout d'abord, à tout Seigneur tout Honneur, commençons par la pompe à huile, véritable tradition provençale, qu'il faut présenter rompue, comme Jésus le fit avec le pain, et non coupée au couteau. Traditionnellement, la pompe à huile, qui est une brioche à base de fleur de farine, d’huile d’olive, de cassonade et parfumé à la fleur d’oranger, est portée dans la crèche provençale par le personnage Pistachié. La pompe à huile est souvent accompagnée du Gibassié, ou Gibassier, plus croquant.

 
Autour de la pompe à huile, la représentation des ordres religieux, les 4 mendiants (li pachichoi) : leur couleur sombre rappelant celle des robes des ordres des mendiants :
- les noix ou noisettes représentent l'ordre des Augustins,
- les amandes celui des Carmélites,
- les figues sèches, celui des Franciscains, 
- les raisins secs symbolisent l'ordre des Dominicains.

 
Le nougat noir et le nougat blanc représentent le pénitent noir et le pénitent blanc.
Viennent ensuite les dattes (symbole du Christ venu d’Orient), les figues séchées et d'autres fruits d'extrême orient, rappelant l'origine des rois mages.
 
 
Enfin, des fruits de saison tels que le melon d’eau qui est peu à peu abandonné, du raisin, des pommes, des poires, des oranges, des clémentines, de la pâte de coing, des oreillettes, etc...

 
Ces desserts resteront 3 jours sur la table, et les convives se doivent de tous les goûter ! Les treize desserts sont accompagnés de vin cuit en référence au vin du Christ.